Aller au contenu

Machine à café

menu

Machine à café

Machine à café
Tasse de café
Cafés

Café, électricité et déchets

Boire son café fait partie des petits plaisirs qui embellissent la vie. Il faudrait cependant éviter d’utiliser trop d’électricité et de produire trop de déchets.

Touchez les objets.

 

Éteindre après le dernier café

Dès que la machine est allumée, elle soutire environ 1000 watts pendant environ 30 secondes pour chauffer de l’eau à 90°C, puis elle indique qu’elle est prête. Dès qu’on a tiré un premier café, elle soutire à nouveau 1000 watts pour chauffer l’eau de la prochaine tasse...

Les machines en attente ne se comportent pas toutes de la même façon. Certaines, comme celle-ci, maintiennent constamment l’eau à 90°C en activant régulièrement leur corps de chauffe (en moyenne, cela représente entre 25 et 30 watts). Si elles restent allumées toute la journée, elles finissent par consommer davantage d’électricité pour attendre que pour faire des cafés.

Les machines équipée d’un mode "éco" ou "stand-by" se mettent en veille après une période définie de non utilisation. Dans ce mode, elles soutirent entre 1 et 4 watts selon les modèles. Lorsqu’on voudra un nouveau café, il faudra attendre environ 30 secondes pour que l’eau atteigne la bonne température.

Il y a enfin des modèles qui se déconnectent complètement lorsqu’on ne les sollicite pas pendant un certain temps: c’est comme si on les éteignait.

Quelle que soit la machine, si on n’a pas l’intention de tirer rapidement un autre café, le meilleur moyen de ne pas gaspiller l’électricité est d’éteindre la machine dès que la dernière goutte de café est tombée dans la tasse.

Éviter des déchets

Papier pour emballer le sucre, plastique et aluminium pour la portion de crème, et parfois petit tapis de papier glissé sous la tasse: cela fait beaucoup de déchets pour une si petite consommation. Quand on sort prendre un café, on peut favoriser les bistrots qui proposent le sucre et la crème en vrac. Ou préciser en commandant qu’on n’a pas besoin d’autant d’accessoires.

Chez soi, si on utilise une "petite brique" de crème à café, il y a un truc pour que la crème se conserve mieux: avec des ciseaux, couper minutieusement le coin de l’emballage afin que le trou de sortie soit le plus petit possible – les microorganismes présents dans l’air y rentreront moins facilement. Lorsque la crème est versée, elle doit sortir en un petit jet très fin. Après emploi, replier immédiatement le coin vers le bas et remettre la crème au frigo.

Café moulu et café en grains

Poignée-filtreLa machine qui fonctionne avec du café moulu est celle qui revient le moins cher et qui produit le moins de déchets. Il est vrai que c’est la moins pratique, puisqu’il faut remplir la poignée-filtre, puis la vider de son marc. Pour ne pas réduire l’avantage écologique de cette machine, on évitera de rincer la poignée en gaspillant l’eau chaude.

Une machine qui moud les grains est généralement deux à quatre fois plus chère à l’achat qu’une autre machine. Mais le prix de la tasse de café revient deux à trois fois moins cher qu’avec des capsules ou des dosettes. Elle a l’avantage de produire moins de déchets – surtout si on n’oublie pas de mettre le marc au compost.

Capsules tout aluminium

Cette célèbre capsule représente un gramme d’aluminium pour environ sept grammes de café. En Suisse, le fabricant a mis en place un réseau de collecte ainsi qu’une usine de recyclage spéciale où plus de la moitié des capsules vendues dans le pays seraient actuellement acheminées.

Pour être plus rationnel et éviter des transports, on utilisera les circuits de recyclage déjà en place pour la collecte du compost et de l’aluminium, en séparant soit même le marc et l’aluminium. La capsule se coupe facilement en deux dans le sens de la longueur avec un petit couteau de cuisine (attention les doigts). On peut ainsi la vider et écraser facilement l’aluminium pour qu’il prenne dix fois moins de place. S’il reste un peu de marc mélangé à l’aluminium, ce n’est pas un problème pour le recyclage.

Capsules en plastique

Le marché propose toutes sortes de capsules en plastique, dont l’opercule est en papier, en aluminium ou aussi en plastique. Si l’aluminium se détache facilement, le mettre au recyclage. Le plastique souillé est difficile à valoriser: il va à la poubelle.

Le café en capsules ou en dosettes produit 8 à 10 fois plus de déchets que le café en grains ou moulu.

Dosettes/coussinets

Certaines dosettes sont constituées uniquement d’aluminium: elles sont théoriquement recyclables mais il y a peu de matière à récupérer pour beaucoup d’efforts. D’autres sont faites de couches d’aluminium, de polyester et de polyéthylène: ce mélange les rend non recyclables. D’autres, enfin, sont en cellulose: elles peuvent être mises au compost, comme les sachets de thé.

Les dosettes en cellulose ne sont pas forcément plus écologiques, car elles sont souvent emballées dans un sachet étanche à l’air pour protéger la saveur du café.

Boîte en carton

Le carton qui emballe les capsules peut se mettre au vieux papier. Il servira à produire du carton recyclé largement utilisé dans l’emballage des marchandises.