Aller au contenu

Voiture

terre
tirelire
temps
santé
fiche
benzine
bruit
climatisation
Voiture

Se déplacer en voiture

La fin du pétrole bon marché et le réchauffement climatique incitent à repenser l’automobile. On trouve désormais des voitures peu polluantes dans toutes les catégories, certaines fonctionnant avec un moteur électrique, du gaz ou du biocarburant.
On peut aussi partager ses frais de trajet en cherchant un passager ou un conducteur sur Internet. Ou encore adhérer à Mobility, la centrale suisse d’autopartage: on réserve sa voiture 24h sur 24. Et à l’aide d’une carte spéciale, on se rend sur l’un des 1000 parkings du pays pour prendre un véhicule qu’on ramènera à la même place après usage.

Touchez les icônes.

 

Effet global

L’industrie automobile a beaucoup fait pour augmenter les performances et la sécurité. Mais, durant ces vingt dernières années, les modèles se sont alourdis en moyenne de 30%. Les voitures sont plus grandes, plus massives et plus puissantes – si bien que les efforts visant à accroître la sobriété des moteurs ne se sont pas traduits par une baisse de consommation. 100 kg de poids supplémentaires, c’est 0,5 litre de carburant en plus aux 100 km. Or, consommation et émission de CO2 sont liées: 1 litre d’essence produit 2,3 kg de CO2, et 1 litre de diesel 2,6 kg.

Coûts

Une petite voiture revient à CHF 500.- par mois et une grande coûte facilement le double. On peut s’en convaincre grâce au calculateur disponible sur www.tcs.ch Pour réduire sa consommation de carburant, il est recommandé de contrôler régulièrement la pression des pneus et d’ôter de l’habitacle les objets inutiles (gain de poids). Lorsqu’on n’en a pas besoin, on enlèvera le porte-skis et le coffre extérieur (à 120 km/h, il augmente la consommation de 16%). On peut réaliser des économies supplémentaires en adoptant Eco-Drive, un style de conduite consistant à rouler avec des rapports élevés (jusqu’à 15% de consommation en moins).

Durée des trajets

Pour comparer les déplacements en voiture et en transports publics, il vaut la peine de faire l’essai correctement, montre en main, plusieurs fois dans la semaine pour ensuite faire une moyenne. Car l’expérience montre qu’on a tendance à exagérer le temps passé dans les transports publics (parce qu’on y a du temps libre) et à minimiser celui passé au volant (parce qu’on est occupé par la conduite). Lors de telles comparaisons, on a tendance aussi à "oublier" le temps passé à chercher une place de parking.

Effet sur la santé

En Suisse, les accidents de la route font environ 400 morts et 5000 blessés par an. C’est la première cause de mortalité chez les moins de 45 ans. Les gros véhicules de type 4x4 (SUV) sont redoutables: en cas de collision avec un piéton, ce dernier court un risque de 2 à 3 fois plus élevé de mourir qu’avec un véhicule normal. Quant à la pollution, il est établi que les moteurs diesel sans filtre à particules sont particulièrement nocifs: ils émettent de fines poussières de suie – les PM10 – qui s’insinuent jusqu’au fond des poumons, provoquant des maladies respiratoires et cardio-vasculaires. La pollution de l’air provoque dans notre pays près de 3300 décès prématurés par an dont une grande partie est à mettre sur le compte des PM10.

Hybride?

En plus du moteur à explosion et du réservoir de carburant, une voiture hybride possède un moteur électrique, une grosse batterie et un générateur. Ce dernier sert à recharger la batterie; il fonctionne à l’aide du moteur à explosion ou en récupérant l’énergie du véhicule en descente et au freinage. Le moteur électrique peut fonctionner seul (démarrage, vitesse lente) ou en association avec le moteur à explosion (surplus de puissance lors du dépassement). En vitesse de croisière, le moteur électrique est au repos. À poids égal, une voiture hybride consomme environ 30% de carburant de moins qu’un véhicule normal. Certains modèles peuvent également recharger leur batterie sur une prise de courant. La voiture électrique classique possède uniquement un moteur électrique et recharge ses batteries sur une prise.

Etiquette E Consommation

Le poids est certes le premier facteur qui influence la consommation de carburant d’une voiture. Mais au sein de chaque catégorie, des modèles consomment moins que d’autres. L’étiquetteEnergie, obligatoire sur les voitures neuves, indique leur efficacité énergétique (elle tient compte du poids du véhicule et pas seulement de sa consommation). Dans certains cantons, il existe des allègements fiscaux pour les engins les plus sobres. Il vaut la peine de consulter les catalogues qui comparent tous les véhicules du marché.

Bruit

Le moteur d’une voiture qui tourne à 4000 tours/minute fait autant de bruit qu’une trentaine de moteurs tournant à 2000 tours. Mais, en plus du moteur, le bruit d’une voiture est engendré par sa pénétration dans l’air et le frottement de ses pneus sur la chaussée. Dès 50 km/h environ, c’est le bruit des pneus qui domine. On trouve sur le marché des pneus "verts" dont la résistance au roulement est abaissée de 30% environ – ils permettent aussi de réduire la consommation de carburant de 5%.

Climatisation

En été, lorsqu’il fait 30°C et qu’on roule en ville avec la climatisation, la consommation d’essence grimpe d’environ 15 à 30%. Sur l’autoroute, la surconsommation provoquée par la "clim" représente encore de 0,3 à 1 litre aux 100 km. Même quand il fait 13°C dehors, conduire avec sa clim en ville, c’est consommer 8% de carburant en plus.
Avec une carrosserie de couleur claire, un modèle de voiture chauffe moins au soleil qu’avec une couleur foncée.