Aller au contenu

Pompe à chaleur "air-eau"

 

Pompe à chaleur (PAC) "air-eau"

Comme elle soutire la chaleur directement dans l'air extérieur, cette PAC est moins chère à installer que les PAC "sol-eau" ou "eau-eau". Son rendement peut être très bon en mi-saison, mais il peut baisser fortement au coeur de l'hiver, car la température de l'air extérieur est la plus froide justement au moment où le bâtiment a le plus besoin de chaleur. C'est pourquoi on la déconseille pour des bâtiments situés trop haut en altitude ou dans un climat très froid, comme c'est le cas dans certaines vallées du Jura.

Pompe à chaleur (PAC) air-eau

Touchez l'image pour l'animer

Pompe à chaleur (PAC) "air-eau". Elle aspire l'air extérieur et rejette de l'air plus froid que l'air extérieur. 

Rendement en baisse par grands froids

La limite d'utilisation d'une PAC "air-eau" dépend des modèles. Certains peuvent encore travailler avec de l'air à -20°C. Mais lorsque la PAC peine à pomper suffisamment de chaleur dans l'air froid, elle recourt à un corps de chauffe électrique. De plus, pour éviter la formation de glace, son évaporateur (le radiateur muni d'un ventilateur) possède un système de dégivrage. Ainsi, lors des jours froids, la consommation électrique peut être très élevée – surtout si le bâtiment est mal isolé et nécessite que l'eau de chauffage circule à une haute température dans les radiateurs. Même dans un bâtiment bien isolé, la PAC peinera à élever la température de l'eau chaude sanitaire à 55°C sans recourir au chauffage électrique direct. Par rapport aux PAC qui soutirent la chaleur du sol ou de l'eau, la PAC "air-eau" profite mal du tarif de nuit de l'électricité, car c'est justement pendant la nuit qu'il fait le plus froid et que son rendement baisse.

Les PAC "air-eau" se divisent en plusieurs familles:

  • Les modèles compacts à installer dans la chaufferie du bâtiment (il faut alors une entrée d'air et une sortie d'air refroidi, ainsi qu'une évacuation pour l'eau de condensation).
  • Les modèles compacts à installer à l'extérieur du bâtiment.
  • Les modèles "split" en deux parties, un évaporateur à l'extérieur et un compresseur à l'intérieur.

Il faut citer encore les CEPAC (Chauffe-Eau à Pompe À Chaleur), composé d'un accumulateur d'eau chaude couplé à une pompe à chaleur intégrée. Ce chauffe-eau ne dépend pas du système de chauffage du bâtiment.

Le marché propose des modèles de PAC "air-eau" dites "à puissance régulée", qui adaptent leur rythme au lieu de fonctionner en mode "tout ou rien". Leur rendement est bien meilleur, car elles ont moins besoin de recourir au dégivrage électrique. Mais, pour être efficace, il faut que la PAC soit parfaitement dimensionnée aux besoins du bâtiment, et très bien réglée.

Profiter des rejets de chaleur

Une PAC "air-eau" peut profiter de rejets de chaleur, par exemple en aspirant l'air tiède à la sortie d'une aération de bâtiment, d'un tunnel, d'un garage souterrain ou d'un processus industriel. Si la PAC n'a pas besoin d'un grand débit d'air, son rendement peut être amélioré si l'air passe au travers d'un "puits canadien" (long circuit d'aération enterré à 1,5-2 m sous terre).

 

Jalon PAC air

Une pompe à chaleur "air-eau" est au bon endroit :

  • Si ce chauffage est en accord avec la planification énergétique territoriale.
  • Si le bâtiment ne se situe pas dans un climat trop froid.
  • Si le bâtiment est bien isolé pour être chauffé à basse température.
  • Si le chauffage se fait par le sol (idéal) ou par des radiateurs de très grande surface.
  • S'il y a assez de puissance électrique dans le bâtiment pour faire fonctionner la PAC (en général: 3 x 400V).
  • Si la puissance de la PAC est adaptée aux besoins de chaleur du bâtiment (dimensionnement). Un modèle "à puissance régulée" sera plus efficace.
  • Si la PAC porte le certificat de qualité EHPA, et si l'ensemble de l'installation bénéficie d'une garantie de performance PAC système-module.
  • Si le bruit de l'installation et les rejets d'air refroidi ne dérangent pas le voisinage.
  • Si on installe aussi des capteurs solaires thermiques et/ou des capteurs photovoltaïques.
  • Si l'installation est régulièrement suivie, et si on ne laisse pas le chauffe-eau s'entartrer.

 

www.pac.ch, Groupement professionnel suisse pour les pompes à chaleur

www.pac-systeme-module.ch, garantie de performance pour que l'installation de chauffage fonctionne parfaitement