Aller au contenu

Format imprimable

Confort thermique

 

Le confort thermique

Le ver luisant lit assis sur un rocking-chair

Le confort ressenti dans une pièce ne dépend pas seulement de la température de l'air indiquée par le thermomètre. Il est aussi tributaire des températures des parois, du sol et du plafond, car le corps humain y est très sensible. L'humidité ambiante, les polluants intérieurs et les courants d'air jouent aussi un rôle important.

L'air peut être "chaud" et les murs "froids"

En hiver, si l'atmosphère est "crue" dans un bâtiment mal isolé, c'est justement parce que les vitres et les murs qui donnent sur l'extérieur peuvent avoir une température bien inférieure à 20°C, même si le thermomètre indique 24°C au centre de la pièce. Par exemple, lorsqu'il fait 0°C au dehors, la surface intérieure d'un simple vitrage n'est qu'à environ 5°C, ce qui se ressent désagréablement si on est assis près de la fenêtre. De plus, la basse température des parois et des vitrages entraîne d'imperceptibles mouvements d'air qui accroissent le sentiment d'inconfort – sans parler de l'air froid qui s'insinue directement par les défauts de jointure des fenêtres et des portes.

 

Touchez les icônes

interactifstandard

Menu vision en infrarouge
Échelle de température0°C40°C

 

 

 

Un sentiment de froid
malgré le chauffage

Cette image-video a été prise en hiver, par une température extérieure de 2°C. La pièce est chauffée à 23°C, à en croire le thermomètre situé au centre de la pièce. Pourtant, ce lecteur a froid!

Touchez les icônes

 

 

Vision en infrarouge

Cette thermographie par caméra infrarouge révèle les températures des matériaux. On constate que la fenêtre est très froide: le cadre en aluminium mince est quasiment à la température extérieure (bleu-noir). La vitre, simple, est à peine moins froide (bleu). Alors que le mur adjacent est nettement plus chaud (orange).

Le lecteur, dont le visage et les mains rayonnent de chaleur (blanc), subit la différence de température des parois qui l'entourent, ce qui produit chez lui un sentiment d'inconfort thermique.

 

 

Le corps inégalement exposé

La température des vêtements exposés à la fenêtre est plus basse (orange foncé) que celle des vêtements exposés au mur (orange clair). Le corps du lecteur n'est donc pas dans la même ambiance thermique à gauche qu'à droite. Ainsi, même si le thermomètre indique 23°C au centre de la pièce, il ressent une impression de froid.

Avec une fenêtre mieux isolée (cadre isolant, double ou triple vitrage avec couche sélective), les températures des deux parois seraient presque égales, si bien que le lecteur ressentirait davantage de confort, même à 20°C.

 

 

Le mur laisse perdre la chaleur

Le mur est très froid (magenta) dans sa partie qui donne sur l'extérieur. Comme le bâtiment n'est pas isolé, une grande partie de la chaleur délivrée par le chauffage est perdue par cette voie.
Une isolation extérieure permettrait de remédier au problème.

 

 

La chaleur plus ou moins reflétée

La thermographie révèle le reflet de la chaleur dégagée par le lecteur. Si la fenêtre était d'une bonne qualité isolante – c'est-à-dire munie d'un film invisible qui renvoie la chaleur dans la pièce (couche sélective), le reflet du lecteur apparaîtrait plus orangé.

Cette grande fenêtre laisse échapper énormément de chaleur, d'où la consommation d'énergie excessive du bâtiment.

 

Avec une bonne isolation on peut se sentir bien à 19ºC

Un bâtiment bien isolé, et muni de fenêtres étanches et isolantes à double ou triple-vitrage, offre une ambiance très homogène au niveau des températures: les murs extérieurs sont quasiment à la température indiquée par le thermomètre, et les vitres n'ont que deux ou trois degrés de moins. Lorsqu'on est entouré de surfaces et de meubles aux mêmes températures, on peut se sentir à l'aise à 19°C – même près des fenêtres.

Isoler un ancien bâtiment et changer ses fenêtres permet donc des économies d'énergie non seulement parce qu'on réduit les pertes de chaleur, mais aussi parce qu'on remonte la température des vitrages et des murs qui donnent sur l'extérieur, si bien que les occupants peuvent se sentir à l'aise à des températures moins élevées.

Baisser la température fait remonter le taux d'humidité

Vivre à des températures plus basses en hiver règle aussi en partie le problème de sécheresse de l'air, car l'humidité de l'air et sa température sont liées. Si l'humidité d'une pièce chauffée à 25°C est à 30% – ce qui est déjà trop sec pour une personne ayant des difficultés respiratoires – le fait de descendre la température à 20°C permet de remonter l'humidité à 45%, et donc d'accroître le sentiment de confort.

 

Isolation

Vitrage et fenêtres

pdf 4,2 Mo- Température du vitrage et confort, feuille d'information