Aller au contenu

Aération

 

L'Aération

En matière d'énergie de chauffage, de confort et d'hygiène, l'aération est un élément très important. Pour assurer la santé des occupants d'un logement ou d'un lieu de travail, le flux d'air neuf doit être adapté aux nombres de personnes et à leurs activités. Cependant, durant la période de chauffage, une aération trop importante gaspille non seulement de l'énergie, mais peut assécher désagréablement l'air intérieur durant les grands froids; elle peut aussi provoquer du bruit et des courants d'air incommodants.

 

Touchez les ronds gris

interactifstandard

Bâtiment ancien + fenêtre ancienne Bâtiment rénové + fenêtre étanche Bâtiment rénové + fenêtre ventilée Rénovation Minergie Aération décentralisée

 

 

L'aération est nécessaire

Si l'air doit être régulièrement renouvelé dans un logement, ce n'est pas pour compenser l'oxygène consommé par les occupants (il en rentrera toujours assez par les murs et les interstices), mais pour évacuer les polluants intérieurs: vapeurs de cuisine, humidité chargée de poussières, solvants issus des produits de l'armoire à ménage, radon, etc. Il s'agit aussi de faire sortir le gaz carbonique (CO2) expiré par les occupants.

Touchez les ronds gris

 

 

Bâtiment ancien + fenêtre ancienne

(image ci-dessus) Il y a souvent une colonne d'évacuation de l'air vicié qui passe dans la cuisine, et une autre dans la salle de bains. L'air est aspiré par une grille située près du plafond. En hiver, il est remplacé par de l'air froid qui s'insinue par les défauts de jointure entre la fenêtre et son cadre.

Ainsi, une fenêtre ancienne laisse non seulement sortir la chaleur par son simple vitrage, mais elle laisse aussi entrer beaucoup d'air froid.

 

 

Bâtiment rénové + fenêtre étanche

Lorsqu'on remplace la vieille fenêtre par une fenêtre à double vitrage et à fermeture étanche, on coupe l'entrée d'air. Si il n'y a pas d'autre apport d'air dans le logement, l'évacuation tire mal (c'est aussi le cas pour l'extracteur d'air électrique des wc ou de la salle de bains) – et l'humidité ne sera plus évacuée: elle risque de condenser sur les murs les plus froids et sur les vitres, et de provoquer des moisissures.

Pour renouveler l'air, il faut ouvrir la fenêtre en grand – brièvement – 3 à 5 fois par jour. En effet, le changement d'air se fait en moins de 5 minutes, et le temps d'aération supplémentaire ne fait que refroidir les murs et les meubles que le chauffage devra ensuite tempérer à nouveau: c'est un gaspillage d'énergie.

 

 

Bâtiment rénové + fenêtre ventilée

Il existe des fenêtres dont le cadre (ou le châssis) comporte une fente d'aération dont on peut régler l'ouverture. Selon les modèles, l'air du dehors est conduit à l'intérieur via un chemin qui le réchauffe un peu. Il y a aussi des systèmes de régulation automatique d'aération, qui s'ouvrent ou qui se ferment en fonction de l'humidité de la pièce.

Même si de l'air extérieur pénètre dans le logement, une telle fenêtre est beaucoup plus efficace qu'une ancienne sur le plan des économies d'énergie et du confort: moins de bruit et pas de condensation sur les vitres.

Il est souvent possible de créer des fentes d'aération sur des fenêtres étanches déjà en place.

 

 

Rénovation Minergie (avec aération double flux)

Le bâtiment a été isolé (idéalement par l'extérieur); des fenêtres étanches à grand pouvoir isolant sont en place. L'air "neuf" provient en permanence d'une grille placée près du sol (ou près du plafond) et l'air vicié est évacué constamment par le haut. Pour réduire encore les pertes d'énergie, l'air entrant est chauffé par l'air sortant dans un échangeur de chaleur (non représenté ici).

Même si elle fonctionne à l'électricité, cette aération à double flux avec récupération de chaleur (appelée aussi "aération douce") économise beaucoup d'énergie de chauffage et assure le confort: on peut dormir la fenêtre fermée dans le silence, en respirant de l'air toujours renouvelé.

 

 

Bâtiment rénové + aération décentralisée avec récupération de chaleur

La structure du bâtiment n'a pas permis de mettre en place un réseau de gaines de ventilation pour une aération à double flux. Alors, on a installé une aération décentralisée avec récupération de chaleur : placé au travers du mur qui supporte la fenêtre, un dispositif d'aération électrique fait entrer et sortir l'air, en récupérant la chaleur de l'air sortant pour chauffer l'air entrant.

Trois modèles différents sont représentés ici. Celui du haut demande un percement du mur; les deux autres sont mis en place lors du changement de fenêtre. Leur rendement énergétique dépend de leur consommation électrique par rapport à leur capacité de récupérer la chaleur de l'air sortant.

 

 

Évacuer les polluants

Si l'air doit être régulièrement renouvelé dans un bâtiment, ce n'est pas pour compenser l'oxygène consommé par les occupants (il y en a toujours assez), mais pour évacuer les polluants intérieurs qui peuvent nuire à la santé: gaz carbonique (CO2) et humidité expirés par les personnes, vapeurs de cuisine, poussières, émanations de substances synthétiques issues des peintures, des meubles, des produits d'entretien, etc.

Faire sortir le radon radioactif

Dans certaines régions de Suisse (notamment les Alpes et le Jura où les roches du sous-sol sont poreuses), l'aération est aussi nécessaire pour évacuer le radon, un gaz radioactif qui émane naturellement des profondeurs terrestres. Le radon pénètre par la la cave ou la base d'un bâtiment lorsqu'elle n'est pas étanche, puis il monte dans les étages avec l'aspiration de l'air qui se fait en direction du toit (effet "cheminée"). Dans les espaces clos et mal aérés, le radon peut s’accumuler et provoquer à la longue un cancer du poumon chez ceux qui le respire. Chaque année en Suisse, on estime que ce gaz radioactif provoque 200 à 300 décès. C'est la deuxième cause de cancer des poumons après le tabagisme.

Lors d'un changement de fenêtres, penser à l'aération

Dans les anciens bâtiments, l'installation d'aération est généralement succincte: des grilles d‘extraction tirent l'air vicié au niveau de la cuisine, des WC et de la salle de bains par simple effet "cheminée" ou avec un extracteur mécanique. L'air neuf qui le remplace pénètre à l'intérieur par les défauts de jointure des fenêtres et de la porte. Ce système peut gaspiller beaucoup d'énergie, car on ne contrôle ni la quantité d'air chaud qui est évacuée, ni celle d'air froid qui entre.

Aération-double-flux

Touchez l'image pour l'animer

L'aération à double-flux apporte constamment de l'air frais aux habitants de l'immeuble. Avec un "échangeur de chaleur", elle évite aussi de gaspiller l'énergie: l'échangeur récupère la chaleur de l'air sortant pour réchauffer l'air entrant.

Lorsqu'on remplace les vieilles fenêtres d'un bâtiment par des fenêtres modernes – et donc étanches – on coupe les entrées d'air. S'il n'y a pas d'autres apports, l'évacuation se fait mal et l'humidité s'accumule. En hiver, si le bâtiment n'est pas bien isolé, l'humidité condense sur les murs les plus froids, favorisant le développement des moisissures.

Un changement de fenêtres devrait donc être pensé conjointement à l'aération. L'idéal sur le plan du confort et de l'énergie est une aération dite "à double flux", comportant un échangeur de chaleur qui récupère la chaleur de l'air sortant pour la transmettre à l'air entrant – elle réduit les pertes jusqu'à 90% par rapport à l'entrée d'air froid. C'est l'un des éléments-clés des maisons Minergie.

Lorsque l'aération reste limitée au mécanisme d'extraction, on peut opter pour des fenêtres dont le cadre est muni d'un clapet d'aération. Et si on ne prévoit pas de nouvelles entrées d'air, il faut informer les occupants qu'ils doivent prendre l'habitude d'aérer les locaux plusieurs fois par jour, mais quelques minutes seulement pour ne pas refroidir les murs, le sol et les meubles.

Un puits canadien pour tempérer l'air, été comme hiver

L'air entrant peut être tempéré en passant par un "puits canadien" (appelé aussi "puits provençal"): il est conduit sur plusieurs dizaines de mètres par une canalisation enterrée entre 1,5 et 2 m sous terre, afin d'être réchauffé (en hiver) ou rafraîchi (en été), avant d'arriver dans le bâtiment.