Aller au contenu

Format imprimable

Micropolluants

L'eau est menacée par les micropolluants
Micropolluants dans l'eau

Touchez l’eau

 

Agir contre les micropolluants

Micropolluants

Au sens strict du terme, un micropolluant est une substance, naturelle ou non, ou un élément chimique, qui se trouve dans l’environnement à des concentrations plus élevées que la normale. Dans la pratique, lorsqu’on parle de micropolluants, il s’agit généralement de métaux lourds et de substances synthétiques, issues de la chimie du pétrole et présentes chacune en très faible concentration dans l’eau – soit de l’ordre du microgramme par litre (μg/l = millionième de gramme par litre) ou du nanogramme par litre (ng/l = milliardième de gramme par litre).

À titre de comparaison, les sels minéraux contenus dans l’eau potable, tels le calcium ou le magnésium, se chiffrent en milligramme par litre (mg/l), soit une concentration mille à un million de fois supérieure à celle d’un micropolluant. Cependant, il y a des dizaines de milliers de micropolluants différents, et, à l’échelle d’un grand lac comme le Léman, la quantité totale de chacun se chiffre en tonnes...

Les scientifiques craignent que les micropolluants puissent avoir une action néfaste à long terme sur les organismes vivants – et notamment sur les équilibres des écosystèmes aquatiques – par des effets additionnels ("effets cocktail") ou en se transformant en d’autres substances problématiques. Les craintes concernent tout particulièrement ceux qui peuvent agir comme des perturbateurs endocriniens, c’est-à-dire imiter l’action des hormones ou perturber leurs actions, comme on l’a déjà observé sur des populations de poissons dont les organes sexuels sont modifiés à cause de cette pollution.

Issus également des ménages

Les micropolluants proviennent principalement des activités humaines. Si on ignore actuellement l’importance de chaque source de pollution, on les a identifiées: épandage de pesticides (herbicides, insecticides, fongicides, etc.) dans l’agriculture et les jardins; rejets industriels et hospitaliers; traitements des matériaux de construction contre la corrosion et l’incendie (ignifugation); protection du bois contre l’attaque des insectes et des champignons; polluants de l’air précipités au sol, puis conduits par ruissellement dans les eaux; etc. Les ménages y contribuent aussi pour une bonne part avec les produits de nettoyage et de bricolage, les produits pour la lessive et la vaisselle, les cosmétiques et les crèmes solaires, ainsi que les médicaments et les contraceptifs hormonaux (rejetés par les voies naturelles). Même des additifs alimentaires, tels certains édulcorants artificiels, se retrouvent finalement dans nos eaux.

Beaucoup passent à travers les stations d’épuration

Les nombreuses substances synthétiques rejetées avec les eaux usées sont emportées vers les stations d’épuration (STEP) qui ne peuvent pas les retenir toutes, ni les dégrader entièrement. En effet, dans les bassins des STEP, ce sont des microorganismes qui dégradent les polluants. Ils parviennent facilement à "manger" ceux qui sont d’origine naturelle (déchets alimentaires, déjections, etc.), mais ils peinent à dégrader ceux qui ont été inventés par l’industrie chimique: une bonne partie des substances synthétiques traversent donc les STEP et sont rejetées dans les rivières et les lacs, intactes ou imparfaitement dégradées.

Un flux continu de polluants

Une fois dans la nature, les micropolluants se dégradent plus ou moins vite. Ils sont dits "persistants" lorsque leur demi-vie* dans l’eau douce excède 40 jours, et "très persistants" si elle excède 60 jours. Or, l’apport de substances polluantes dans les eaux de surface et les eaux souterraines est continu. Même si certains micropolluants sont bien biodégradables, ils sont rejetés en masse et en un flux continu, si bien que leur concentration reste plus ou moins stable dans les eaux.

De nouveaux polluants sont créés en permanence

Chaque année, l’industrie chimique met au point 200 à 300 nouvelles substances qui viennent s’ajouter aux 100’000 déjà homologuées sur le marché (plus de 30’000 sont utilisées en Suisse). Or, seulement une sur dix est actuellement documentée sur le plan de la toxicité pour l’être humain, et seulement une sur cent pour sa toxicité sur l’environnement. De surcroît, la composition exacte des nombreux produits courants n’est pas révélée par les fabricants, afin de protéger leur secret de fabrication. Ce n’est que lorsqu’elles polluent les eaux que ces substances peuvent être découvertes, pour autant que les méthodes d’analyse de laboratoire puissent les repérer.

Charbon actif et ozonation

Il est possible d’équiper les stations d’épuration de dispositifs supplémentaires pour filtrer et dégrader les micropolluants. La filtration sur charbon actif, ou l’oxydation par l’ozone (ozonation) permet de les diminuer d’environ 80% avant que les eaux soient rendues à la nature. Mais ces traitements supplémentaires coûtent chers, et augmentent les taxes d’épuration des eaux usées.

* La demi-vie est le temps nécessaire pour que la moitié de la quantité d’une substance soit dégradée. Si une substance a une demi-vie de 30 jours, on en retrouvera 50% après 30 jours, 25% après 60 jours, 12,5% après 90 jours, etc.

Agir contre les micropolluants