Aller au contenu

Tube lumineux

 

 

Il y a des bons et des mauvais "néons"

Les tubes lumineux pour l’éclairage domestique ne contiennent plus de gaz néon depuis longtemps, bien que certains continuent de les appeler "néons". Entre les modèles les meilleur marché et le haut de gamme, la qualité de lumière diffère considérablement.

Allumez ces deux tubes pour voir la différence.

 

 

Tube des années 1950

D’un gros diamètre de 38 mm, il est alimenté par un starter et un ballast ordinaires – d’où ce clignotement au démarrage et ce scintillement lumineux durant le fonctionnement (flicker) qui peut déranger certaines personnes. Sa lumière a un mauvais IRC-indice de rendu des couleurs qui rend parfois l’ambiance sinistre. Ce genre d’éclairage est toujours en vente, mais il faut le réserver pour les lieux où l’on ne séjourne pas longtemps, tels la cave ou le garage.

 

Tube des années 2000

D’un diamètre très fin de 16 mm, il est équipé d’une alimentation électronique: pas de clignotements au démarrage, pas de scintillements et une consommation électrique beaucoup plus faible qu’avec un starter et un ballast ordinaires. Bien choisi, il offre un bon IRC-indice de rendu des couleurs et une température de couleur qui peut être chaude comme un soleil couchant ou froide comme le soleil de midi. Il est parfaitement adapté au travail de bureau et à l’éclairage domestique. Son rendement lumineux et sa durée de vie sont excellents. De plus – à condition d’utiliser un ballast électronique variable – il est possible de moduler sa luminosité.