Aller au contenu

Lampe de salon

Une lampe de salon peut être un véritable chauffage

Touchez les interrupteurs pour voir combien d'électricité elles utilisent.

 

Vieille ampoule incandescente de 100 watts (retirée du marché)

Pour la remplacer, il y a 3 choix: ampoule LED de ~18 watts, ampoule flucompacte ("économe") de ~23 watts, ou ampoule halogène "eco" de ~70 watts (en classe B ou C de l'étiquette-énergie). Si on demeure assis à moins de 30 cm de la lampe, éviter l'ampoule fluocompacte pour ne pas s'exposer à l'électrosmog.

Pour obtenir une lumière comparalbe à celle de la vieille ampoule avec des LED ou une ampoule économe, choisir un modèle qui produit environ 1500 lumens, avec une température de couleur de 2700°K (warm-white/blanc chaud) et un IRC-indice de rendu des couleurs d'au moins 80.

 

Ampoule LED émettant peu de bleu

Une ampoule LED avec une température de couleur de 2700-2900°K (warm white) produit peu de lumière bleue. On en trouve qui donnent jusqu'à 1500 lumens avec un IRC-indice de rendu des couleurs qui dépasse 80. Étant donné qu'on achète une ampoule LED pour de longues années, il vaut la peine de bien consulter ses caractéristiques sur l'emballage et de s'intéresser aux modèles les plus récents, fabriqués par des marques réputées. Avec un abat-jour plus clair et moins opaque, on peut utiliser une ampoule moins puissante.

 

Tube lumineux: les LED remplacent les "néons"

Les tubes lumineux fluorescents ("néons"), qui avaient jusqu'ici le meilleur rendement énergétique des lampes domestiques, sont désormais concurrencés par les nouveaux tubes LED dont le rendement est encore meilleur. De même que les tubes fluos, les tubes LED existent en différentes puissances d'éclairage et températures de couleur, avec différents IRC-indices de rendu des couleurs. Ils ont l'avantage d'émettre beaucoup moins d'électrosmog, et de donner immédiatement leur pleine lumière.

Avant de remplacer un "néon" par un tube LED, il faut absolument se renseigner sur la compatibilité avec le dispositif électrique intégré au support de tube (ballast, starter) pour éviter tout risque d'électrocution. Et s'il y a des câblages à modifier, ne pas bricoler soi-même.

 

Jusqu'à 500 watts, selon l'ampoule halogène installée

Souvent soldée à bas pris, une telle lampe halogène à éclairage indirect finit par coûter très cher en électricité: CHF 40 à 100.- par an. En été, sa chaleur participe à la surchauffe du salon.

Des lampes LED avec un culot R7s existent, mais elles sont plus encombrantes que les petits tubes halogènes: vérifier qu'elles puissent entrer dans le luminaire, et qu'elles fonctionnent avec le variateur (sinon la lampe pourrait produire un scintillement gênant = flicker).

 

Basse tension: 5 x 35 watts = 175 watts

Pour connaître la consommation d'un tel luminaire, il faut additionner les watts de ses projecteurs halogènes – qu'ils fonctionnent sur 230 V ou en "basse-tension" (12 ou 24 V). Lorsqu'on change un spot, considérer leur classement sur l'étiquette-énergie: les plus efficaces sont en classe B. Avant de les remplacer par des projecteurs LED qui consomment 3 à 4 fois moins d'électricité (classe A et A+), il faut vérifier la compatibilité avec le transformateur/variateur du luminaire (les lampes pourraient produire un scintillement gênant = flicker).

 

Lampe avec LED intégrées

Le marché propose des lampes de salon à éclairage indirect avec des LED fixes – on ne peut donc pas les changer. Voilà pourquoi on a avantage à se renseigner sur la puissance de l'éclairage en lumen, sa température de couleur et son IRC-indice de rendu des couleurs. On veillera aussi à ce que l'interrupteur coupe aussi le transformateur, afin de ne pas consommer un peu de courant en permanence.