Aller au contenu

Lampe de bureau

Ampoule à incandescenceAmpoule halogène basse tensionTube fluorescent coudé

Même quantité de lumière

Ces trois lampes de bureau produisent à peu près la même quantité de lumière (~400 lumens), mais elles ne soutirent pas la même quantité d'électricité.

Touchez-les pour comprendre pourquoi.

 

À gauche :

Vieille ampoule incandescente de 40 watts

Ce type de lampe de travail peut recevoir des ampoules à culot ordinaire (soit E27, soit E14) de toutes les technologies d'éclairage: ampoule incandescente classique (retirée du marché), ampoule halogène éco (en voie de retrait du marché), ampoule fluocompacte (dite "économe") ou ampoule LED. Cependant, comme l'abat-jour est souvent proche de la tête pour de longs instants, on déconseille d'y installer une ampoule fluocompacte, afin ne pas s'exposer aux champs électriques (électrosmog) émis par son culot. Un abat-jour en métal réduit fortement ces champs électriques, à condition d'être relié à la terre (prise avec trois fiches).

Ce type de lampe a un avantage: étant donné qu'elle fonctionne avec un simple interrupteur – et donc sans transformateur – elle ne soutire plus d'électricité une fois éteinte.

 

Au milieu :

Ampoule halogène basse tension 30 watts

Une ampoule halogène basse tension nécessite un transformateur pour faire passer la tension de la prise de 230 volts à 12 volts (ou 24 volts). Ce n'est pas parce que la lampe est "basse tension" qu'elle consomme peu d'électricité: la consommation est au moins aussi grande que la puissance de l'ampoule (en watts), à laquelle il faut ajouter les pertes d'énergie du transformateur.

 

À droite :

Lampe de bureau à LED de ~5 watts

Le marché propose toutes sortes de lampes de bureau avec des LED "intégrées", c'est-à-dire fixées définitivement à la lampe et sensées durer de nombreuses années. Au moment d'acquérir une telle lampe, il faut donc bien s'assurer que la puissance d'éclairage soit suffisante, et que la qualité de la lumière convienne à son activité (température de couleur et l'IRC-indice de rendu des couleurs).

 

 

Prise transfo ? Prise ballast ?

Sur certains modèles de lampe de bureau (halogène basse tension, tube lumineux, et LED), le transformateur (ou le ballast) forme un bloc avec la prise. Il est donc placé AVANT l'interrupteur: même éteinte, la lampe de bureau consomme généralement un peu d'électricité (0,5-1 watts pour les nouvelles lampes; jusqu'à 5 watts pour les anciennes). On peut détecter la consommation cachée d'une lampe éteinte en collant son oreille sur le bloc-prise: on entend un petit grésillement. Les anciens blocs-prises, plus gros et plus lourds, restent toujours tièdes, même si la lampe a été éteinte depuis longtemps. La chaleur dégagée par les nouveaux blocs-prises et difficilement perceptible.

La plupart des lampes de bureau dont le transformateur est intégré dans le pied ne consomment rien lorsqu'elles sont éteintes. Mais il y a, hélas, des exceptions... Un wattmètre permet de le vérifier. On peut aussi placer son oreille sur le socle pour écouter un éventuel grésillement – signe que le transformateur est toujours sous tension.

Ampoule-spot à LEDs

On peut remplacer une vieille ampoule incandescente (ou une ampoule halogène) par un spot-LED de 5 ou 6 watts, dont la lumière est davantage dirigée en faisceau sur le bureau. On consommera ainsi 90% d'électricité de moins. On aura aussi l'avantage d'avoir moins de chaleur dégagée devant les yeux.

Pour avoir une qualité de lumière proche de celle d'une lampe halogène, choisir une ampoule LED avec une température de couleur comprise entre 2800 et 3000°K et un IRC-indice de rendu des couleurs d'au moins 90, afin d'avoir une bonne perception des nuances des couleurs.