Aller au contenu

Station d’épuration (STEP)

menu

Animation : station d’épuration

Station d’épuration (STEP)

Le fonctionnement d’une station d’épuration – Touchez les légendes et les numéros!

?
Station d'épuration Animation-1: Bouton qui lance une animation. Infobulle-1: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Animation-2: Bouton qui lance une animation. Infobulle-2: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Animation-3: Bouton qui lance une animation. Infobulle-3: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Animation-4: Bouton qui lance une animation. Infobulle-4: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Animation-5: Bouton qui lance une animation. Infobulle-5: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Animation-6: Bouton qui lance une animation. Infobulle-6: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Animation-7: Bouton qui lance une animation. Infobulle-7: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Animation-8: Bouton qui lance une animation. Infobulle-8: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Infobulle-9: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Infobulle-10: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Infobulle-11: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Infobulle-12: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Infobulle-13: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Infobulle-14: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Infobulle-15: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Infobulle-16: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Infobulle-17: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle. Infobulle-18: Icône-phylactère qui ouvre une infobulle.
1. Pour éviter de surcharger la station d’épuration en cas d’orage, il existe un réseau de collecte des eaux claires (ou eaux pluviales), séparé de celui des eaux usées. C’est pour cela qu’on parle de canalisations en SÉPARATIF.
2. Un réseau (en grande partie souterrain) de canalisations conduit les eaux usées en provenance des bâtiments jusqu’à la STation d’EPuration (STEP).
3. DÉGRILLAGE: une série de grilles retiennent les déchets jetés malheureusement dans les WC et les égouts: Q-tips, mégots de cigarette, serviettes hygiéniques, lingettes, restes de nourriture, etc. Ces déchets seront acheminés vers une usine d’incinération des ordures ménagères.
4. DÉSABLAGE: les matières sableuses coulent au fond du bassin d’où elles sont retirées. Ce sable contient non seulement des grains minéraux, mais aussi des poussières de métal et de nombreux agglomérats qui le polluent. Il sera déposé en décharge.
5. DÉSHUILAGE: flottant sur le bassin, les matières grasses et les huiles (provenant notamment des cuisines) sont récupérées. Les huiles et les graisses de moteur et de bricolage ne devraient jamais être jetées dans les eaux usées: elles sont toxiques pour les microorganismes qui assurent le bon fonctionnement de la STEP.
6. Circuit des eaux usées au travers de la STEP. Il existe de nombreuses variantes de STEP, qui se différencient par leur taille, le type et l’organisation de leurs bassins, et les méthodes de traitement des eaux usées et des boues d’épuration.
DIGESTION et PRODUCTION de BIOGAZ: enfermées dans un gros digesteur et à l’abri de l’oxygène, les boues d’épuration fermentent sous l’action de microorganimes qui produisent du biogaz (méthane + CO2).
8. Une fois digérées par les microorganismes, les boues d’épuration sont essorées (étape non représentée), puis séchées (ici, c’est un séchage à l’air sur tapis roulant). Le liquide issu de l’essorage retourne à la STEP.
DÉCANTATION PRIMAIRE: l’eau est encore très boueuse. Elle est chargée de particules en suspension, plus denses que l’eau, qui se déposent au fond du bassin et forment de la boue.
DÉGRADATION BIOLOGIQUE: les substances organiques biodégradables sont digérées par des microorganismes (bactéries et unicellulaires). De l’air est injecté dans le bassin pour leur permettre de se multiplier et d’être très actifs.
DÉPHOSPHATATION: l’eau contient beaucoup de phosphate qu’il faut éviter de déverser dans les lacs et les rivières car il provoque une croissance exagérée des algues. Du chlorure de fer est ajouté dans l’eau; le fer se combine avec le phosphate et coulera au fond du bassin de décantation secondaire.
DÉCANTATION SECONDAIRE: l’eau contient encore de la boue, principalement constituée de microorganismes. La boue est conduite dans le digesteur, ou renvoyée dans le premier décanteur.
RETRAIT DES MICROPOLLUANTS: l’eau est encore polluée par des substances chimiques synthétiques que les microorganismes de la STEP ne parviennent pas à digérer. Ce filtre à charbon actif (ou un traitement à l’ozone) les retient en grande partie.
Une STEP ne peut pas débarrasser les eaux usées de tous leurs polluants. L’eau épurée rejetée dans la nature n’est pas pure: elle reste plus sale que celle de la rivière.
Les eaux claires passent par un BASSIN DE RÉTENTION: il sert de tampon en cas d’orage, afin d’éviter que la rivière reçoive trop d’eau et provoque des inondations.
Le biogaz issu de la digestion des boues d’épuration est stocké sur place. C’est un combustible renouvelable neutre pour le climat
Le biogaz est brûlé dans un moteur-générateur qui produit de l’électricité et de la chaleur (en grande partie utilisées par la STEP).
Riches en phosphates, les granulés de boue d’épuration séchée pourraient servir d’engrais pour l’agriculture. Mais comme ils contiennent trop de métaux lourds et de substances synthétiques polluantes, ils seront brûlés dans une usine d’incinération ou une cimenterie.