Aller au contenu

Format imprimable

Le saviez-vous ?

On peut aussi économiser l’énergie grise

Energie-grise

Les factures d’électricité, de chauffage ou d’essence nous rappellent que nous consommons beaucoup d’énergie. Mais elles ne disent pas tout, car il est une énergie dont nous ne recevons jamais directement la facture: l’énergie grise. C’est, par exemple, l’énergie qu’il a fallu investir dans les objets que nous achetons: pour extraire leurs matières premières, pour les fabriquer, pour les transporter (sur terre, sur mer et dans les airs), pour les débarquer, les stocker et, enfin, les vendre. Sans oublier qu’il faudra investir encore de l’énergie lorsqu’ils arriveront en fin de vie: pour les emporter avec les déchets, les recycler ou les éliminer. Ainsi, en moyenne et en Suisse, pour chaque franc dépensé dans l’achat d’un produit, environ 1,2 kilowattheure (kWh) d’énergie grise doit être consommé, que cela soit dans le pays ou à l’étranger. C’est l’équivalent d’un petit verre de pétrole ou de la quantité d’électricité nécessaire pour faire une vaisselle en machine.

Bilan énergétique complet

L’énergie grise contenue dans les différents produits de consommation est très variable. Pour la plupart des appareils électroniques, elle est en moyenne trois fois plus grande que l’électricité qu’ils consommeront durant leur durée de vie. En conséquence, sur le plan de leur bilan énergétique global, il vaut mieux les faire durer longtemps plutôt que d’en changer pour des raisons d’économie de courant. En revanche, les appareils électroménagers consomment environ quatre fois plus d’énergie au cours de leur vie que lors de leur fabrication. Ainsi, il vaut la peine de changer un vieux frigo pour acquérir un modèle de la meilleure classe énergétique (A+++), car sa sobriété électrique remboursera en trois ou quatre ans son énergie grise.

Énergie grise et CO2

Consommer de l’énergie grise ne serait pas un problème, si cela n’avait pas d’impacts négatifs. Mais la consommation d’énergie est toujours liée à l’émission de gaz à effet de serre – et notamment du gaz carbonique (CO2) qui perturbe le climat de la planète. C’est évident lorsqu’on brûle des combustibles et des carburants d’origine fossile, mais c’est aussi le cas, dans une moindre mesure, pour l’électricité d’origine hydraulique et nucléaire, puisqu’il faut construire de grandes installations, développer des réseaux de distribution et entretenir l’ensemble – ce qui se fait aussi avec l’aide de carburants et de combustibles. Ainsi, on peut traduire l’énergie grise investie dans les biens de consommation en un équivalent CO2 – ce qui permet de comparer l’impact climatique de fraises, de matériaux de construction ou de tee-shirts. C’est justement à cela que servent les "grammes de CO2" qu’on commence à voir sur les étiquettes des produits. En bref, plus un produit est "lourd" en CO2, plus il faut y investir d’énergie non renouvelable pour sa fabrication, son transport, son stockage, sa distribution et son élimination.

Energie-grise

Toute l’énergie grise ne figure pas dans le bilan national
des émissions de gaz à effet de serre

Lorsqu’on compare l’impact climatique des différentes nations du monde, on ne compte que l’équivalent CO2 qui est émis directement dans le pays. On ne tient pas compte du fait qu’un pays importe et consomme des produits "riches en énergie grise" provenant de l’étranger. Par exemple, les émissions de CO2 découlant de la fabrication d’un téléphone portable seront imputées à la Chine, bien que l’appareil sera utilisé en Europe. Ainsi, comme c’est le cas de la plupart des pays de l’Union européenne, la Suisse importe beaucoup de biens de consommation, d’aliments et de produits pétroliers dont l’énergie grise ne figure pas dans sa comptabilité. Si on la prenait en compte, l’impact de notre pays sur le climat serait environ 50% plus important.

Éviter de gaspiller l’énergie grise

Chacun mesure l’importance de ne pas gaspiller l’électricité, ni le carburant, ni l’énergie de chauffage. Il est tout aussi important d’économiser cette énergie grise qui est moins facile à entrevoir. On peut certes comparer les grammes de CO2 sur les étiquettes, mais le plus facile est d’appliquer au quotidien quelques principes tout simples:

  • Choisir des produits locaux, en matières naturelles et de bonne qualité.
  • Prendre soin des appareils pour qu’ils durent plus longtemps, et les réparer en cas de panne.
  • Partager l’utilisation des objets, en les empruntant et en les prêtant.
  • Donner à autrui, ou à une association d’entraide, ce dont on n’a plus besoin.
  • Produire moins de déchets, en recyclant bien sûr, mais aussi en évitant les produits avec des emballages inutiles.

 

Tous les articles