Aller au contenu

Téléphone portable

menu

Téléphone portable

conseil

Les ondes de la téléphonie mobile

La téléphonie mobile (appelée réseau "Natel" en Suisse) se déroule par des échanges de micro-ondes (ondes électro-magnétiques) entre les téléphones portables et les antennes de relais disposées sur les bâtiments et dans le paysage. Les rayonnements du téléphone et des antennes varient en fonction de l’utilisation et des conditions de communication.

Pour visualiser ces ondes, touchez l’immeuble et son antenne, puis les touches et l’écran du téléphone "vintage".

 

Nombre d’appels limités

Une antenne ne peut pas relayer plus d’une cinquantaine de conversations téléphoniques en même temps. C’est parce que le nombre et la durée des appels augmentent d’année en année, que les opérateurs de téléphonie mobile sollicitent auprès des cantons l’autorisation d’installer de nouvelles antennes.

Antennes sous contrôle

Sur le toit d’une habitation, l’antenne est haut perchée sur un mât afin que ses micro-ondes n’atteignent que très faiblement les habitants les plus proches, conformément à l’Ordonnance fédéral sur la protection contre le rayonnement non-ionisant (ORNI). Avant l’installation ou la modification d’une antenne, les cantons vérifient qu’elle respecte les valeurs limites définies par l’ORNI, qui sont plus prudentes que celles de l’Union européenne.

En attente

Lorsqu’il est en attente d’appels, le téléphone portable émet une impulsion de micro-ondes à pleine puissance environ tous les quarts d’heure, afin de signaler sa position au réseau de communication. Les impulsions deviennent plus fréquentes lorsqu’on se déplace en véhicule, car le portable doit changer d’antenne de référence. Quant aux antennes, elles émettent aussi des impulsions, mais de manière constante.

En appel

Le téléphone portable émet durant un huitième du temps de la conversation, tandis que l’antenne ajoute des impulsions supplémentaires à son signal de base. Plus il y a d’obstacles entre le portable et l’antenne, plus ils renforcent leur puissance pour compenser la difficulté de communication. Le rayonnement de l’antenne est continu et reçu faiblement sur l’ensemble du corps, alors que le portable irradie principalement la tête, de manière pulsée, et avec une énergie beaucoup plus grande.

En mode jeu

Comme durant le mode "attente", le téléphone portable émet une impulsion de micro-ondes à pleine puissance toutes les quinze minutes, pour signaler sa position au réseau d’antennes. Les impulsions deviennent plus fréquentes lorsqu’on se déplace en véhicule, car le portable doit changer d’antenne de référence.

En mode SMS

Pendant la rédaction du message (SMS), le téléphone portable est en attente: il émet une impulsion de micro-ondes tous les quarts d’heure (davantage si on se déplace en véhicule). Au moment où le message est envoyé, une communication s’établit avec l’antenne pendant moins d’une seconde.

Éteint

Le téléphone éteint n’émet aucun rayonnement électromagnétique. L’antenne, pour autant qu’elle ne soit pas sollicitée par d’autres utilisateurs, émet continuellement son signal pulsé de base.

L’antenne émet moins durant la nuit que durant la journée, car il y a moins d’appels.

Principe de précaution

Les micro-ondes excitent les molécules d’eau – c ’est le principe utilisé dans le four à micro-ondes pour chauffer les aliments. Ainsi, le téléphone portable échauffe légèrement la partie de la tête contre laquelle il est placé. Son émission de micro-ondes est d’autant plus forte qu’il a de la difficulté à communiquer avec une antenne. Conseils pour limiter son exposition au rayonnement:

  • Choisir un téléphone à faible émission (déclaration obligatoire sur les appareils neufs).
  • Utiliser un kit mains-libres le plus souvent possible.
  • Dans les locaux fermés, téléphoner en se tenant près d’une fenêtre, le téléphone dirigé vers l’extérieur.

Ceci dit, le plus grand danger à éviter est de téléphoner en conduisant. C’est interdit à juste titre, car il est prouvé que la baisse de concentration provoquée par la conversation augmente fortement le risque d’accident.