Aller au contenu

Installation solaire Plug & Play: on peut brancher des panneaux solaires photovoltaïques directement dans une prise (en respectant la réglementation)

Un panneau solaire photovoltaïque installé sur la rambarde d'un balcon

En Suisse, un abonné du réseau électrique est en droit d'installer chez lui une petite installation solaire photovoltaïque mobile, dite "Plug & Play" (ou "plug-and-play"), d'une puissance maximale de 600 watts et qui s'enfiche dans une prise. Vous avez bien lu: on parle de un à trois panneaux solaires que l'on branche directement dans la prise extérieure du balcon, de la terrasse ou du garage. Il est aussi possible de brancher 3 panneaux solaires dans 3 prises différentes, pour autant qu'on ne dépasse pas la puissance de 600 watts au total.

Avec une installation Plug & Play, le courant solaire est injecté dans le circuit du bâtiment sans passer par un appareillage de contrôle spécial, ni par un compteur (comme c'est le cas pour une installation plus puissante). Cette énergie renouvelable peut alors alimenter les appareils électriques et électroniques en cours de fonctionnement: frigo, modem, chargeur de batteries, etc. L'électricité qui n'est pas consommée in situ n'est pas perdue: elle est mise à la disposition du réseau pour les abonnés du voisinage. Sur l'année, une installation Plug & Play de 500 watts peut produire environ 500 kWh d'électricité, soit un cinquième de ce que consomme un ménage-type de 2 personnes (~2500 kWh par an) – à condition, bien sûr, qu'elle soit bien orientée vers le soleil et connectée toute l'année.

Une réglementation à respecter

Une installation solaire Plug & Play doit respecter quatre conditions:

  1. Sa puissance de production électrique ne doit pas dépasser 600 watts, afin d'éviter tout risque d'échauffement du câblage électrique du bâtiment lorsque des appareils soutirent déjà beaucoup d'électricité.
  2. Elle doit être accompagnée d'une déclaration de conformité: tous ses composants doivent respecter les normes citées dans l'article 6 de l'OMBT (Ordonnance sur les matériels électriques à basse tension). Elle doit notamment comporter un disjoncteur de sécurité DFI type B.
  3. Elle doit être "mobile", c'est-à-dire facilement déplaçable.
  4. Elle doit être annoncée à son distributeur d'électricité avant la mise en service. Le mieux est d'envoyer un courrier recommandé avec une copie des caractéristiques techniques de l'installation. Il est possible que le distributeur impose des conditions particulières, par exemple un changement de compteur (voir plus bas).

On l'aura compris: on a tout intérêt à regarder attentivement les offres sur internet, et à choisir un vendeur sérieux qui connaît la réglementation suisse. Il est aussi prudent de se renseigner auprès de son distributeur d'électricité avant l'achat. Si on est locataire et qu'on a l'intention de fixer son panneau bien en vue depuis la rue ou sur la balustrade du balcon, il est conseillé de demander une autorisation à sa régie ou au propriétaire.

Un, deux ou trois panneaux solaires

Schéma d'une installation solaire plug and play

Une installation Plug & Play se compose au minimum d'un panneau solaire photovoltaïque (A), d'un micro-onduleur (B) – c'est le boîtier qui transforme le courant continu des cellules photovoltaïques en courant alternatif 230V/50Hz –, d'un disjoncteur de sécurité (C) et d'une fiche (D). Le disjoncteur et la fiche peuvent être combinés. Suivant la taille et les performances des panneaux solaires (et de leurs micro-onduleurs), il en faut 2 ou 3 pour atteindre le maximum de 600 watts autorisé.

Table solaire

Une petite installation photovoltaïque peut trouver sa place sur le toit plat d'un garage, sur la balustrade d'un balcon, sur une cabane de jardin, sur une terrasse ou directement dans un jardin. Le marché suisse propose même une table d'extérieur dont le plateau est composé d'un panneau solaire (le meuble est appelé "Wattable").

Dans tous les cas, il faut assurer la bonne fixation des panneaux contre les vents tempétueux. Et, si des fouines rôdent dans les parages, il est prudent de protéger les câbles par une gaine en plastique dur pour éviter qu'elles s'y fassent les dents.

Choisir la bonne phase et profiter de l'ensoleillement

Il faut savoir que l'électricité solaire injectée dans la prise sera disponible uniquement pour les appareils qui se trouvent sur la même phase électrique (sur le même gros disjoncteur du tableau électrique). Dans la majorité des cas, toutes les prises 230V sont branchées sur la même phase. Mais, lorsque le tableau électrique distribue du courant triphasé, il est possible que les prises ne soient pas toutes interconnectées. Il faut alors consulter le tableau électrique, car il comporte le plus souvent des indications: "éclairage 1er étage", "cave", "prise extérieure", etc. Si on a le choix entre plusieurs prises extérieures, il vaut mieux brancher l'installation solaire sur celle qui se trouve sur la même phase que des appareils qui fonctionnent en continu pendant la journée: frigo et réfrigérateur, modem, circulateur de capteurs solaires thermiques, pompe de la piscine, détecteur d'intrus, chargeurs de batteries, etc.

Pour profiter au maximum de l'ensoleillement, on peut même déplacer les panneaux solaires au cours de l'année. Durant l'été, si on a deux panneaux munis chacun de son micro-onduleur, on peut les disposer "en circonflexe" face au sud, pour profiter du soleil levant et du soleil couchant. Et si on a acquis une table solaire, on n'oubliera pas de la débarrasser de tout ce qui l'encombre: si une seule cellule d'un panneau solaire reçoit moins de soleil, c'est la performance énergétique de l'ensemble des cellules du panneau qui baisse.

Le "rachat" de l'électricité dépend du compteur

Avec une installation solaire Plug & Play, on renonce généralement à passer par toutes les procédures nécessaires à obtenir un contrat de rachat d'électricité par son distributeur. C'est d'ailleurs l'absence de frais annexes et d'intervenants qui rend cette électricité économiquement compétitive. Mais l'électricité non utilisée n'est pas forcément "offerte" au distributeur – tout dépend du compteur.

En effet, certains vieux modèles de compteurs à disque tournent à l'envers lorsque les panneaux solaires produisent davantage d'électricité que ce qui est consommé par les appareils: les kilowattheures produits sont décomptés de la facture! Cette situation n'arrange pas forcément l'exploitant du réseau (c'est comme s'il rachetait l'électricité solaire au même tarif que son prix de vente), et c'est pour cela qu'il préférera peut-être changer de compteur.

D'ici 2025, pour faciliter la production décentralisée d'électricité et les énergies renouvelables, la Confédération demande que 80% des compteurs soient remplacés par un "smart-meter", autrement dit un compteur capable de comptabiliser à la fois l'électricité consommée par un abonné et l'électricité produite par l'abonné. Cela permettra à l'exploitant de rétribuer même l'électricité solaire des tout petits producteurs.

2 capteurs solaires thermiques et 2 panneaux solaires photovoltaïque

Solaire photovoltaïque et thermique sur le toit du garage

Derrière: 2 capteurs solaires thermiques qui utilisent la chaleur du soleil pour chauffer l'eau chaude sanitaire.
Devant: 2 panneaux solaires photovoltaïques qui utilisent la lumière du soleil pour produire de l'électricité. Ils sont branchés directement sur une prise. Étant donné que chaque panneau possède son propre micro-onduleur (caché sous le panneau), ils peuvent être orientés différemment pour profiter de la course du soleil. L'électricité solaire alimente, entre autres, la pompe de circulation des capteurs thermiques.

 

Une petite installation photovoltaïque mobile Plug & Play est au bon endroit :

  • Si sa production d'électricité ne dépasse pas 600 watts (maximum 2,6 ampères sous 230 volts).
  • Si l'ensemble du matériel est muni d'une déclaration de conformité (à demander au vendeur).
  • Si elle est munie d'un disjoncteur de sécurité DFI type B (pour courant de défaut alternatif ET continu).
  • Si l'exploitant du réseau électrique a été averti par écrit avant la mise en service.
  • Si le propriétaire du bâtiment ou la régie a donné son accord (pour les panneaux solaires visibles sur la façade ou le balcon).
  • Si l'installation est fixée solidement et reste insensible au vent.
  • Si la fiche de l'installation est enfichée dans une prise extérieure répondant aux normes de sécurité (toute modification d'une prise doit être réalisée par un électricien agréé).
  • Si l'installation est branchée sur une prise reliée à la même phase électrique que des appareils qui fonctionnent pendant le jour (frigo, congélateur, modem, chargeurs de batteries, etc.)
  • Si le(s) panneau(x) solaire(s) est uniformément éclairé par le soleil (un petit coin d'ombre réduit la performance de l'ensemble des cellules d'un panneau).
  • Si le(s) panneau(x) solaire(s) est nettoyé lorsqu'il est encrassé (poussières, feuilles mortes, crottes d'oiseaux). Et si on enlève aussi la neige.
  • Si on pense aussi à éviter de gaspiller l'électricité, surtout pendant les mois d'hiver.
  • Si on n'oublie pas de débrancher les panneaux solaires avant d'intervenir sur l'installation électrique du bâtiment – il est prudent de placarder un avertissement près du tableau électrique.

 

Recommandation de l'ESTI pour les installations photovoltaïques Plug & Play

www.swissolar.ch, Association suisse des professionnels de l’énergie solaire

Panneaux solaires photovoltaïques

 

Retour en début d’article