Aller au contenu

Format imprimable

Compost

truc
Mix

Pour maintenir la fertilité du sol

Le sol dans lequel poussent les plantes contient des matières minérales, mais aussi des substances organiques issues de la décomposition de l’herbe, des feuilles, du bois, des fleurs fanées, des fruits tombés, des animaux morts, etc. Elles forment l’humus, une sorte d’éponge remplie de vie (champignons, invertébrés, micro-organismes) qui retient l’eau, les sels minéraux et les engrais – tous nécessaires à la fertilité du sol. L’humus se dégrade lentement, mais, heureusement, il se régénère grâce aux déchets de la nature.

Mais lorsqu’on évacue systématiquement hors de son jardin l’herbe de la tonte ou les restes de légumes de son potager, on ne permet pas à l’humus de se reformer. Composter ses déchets de cuisine et de jardin est donc le moyen de reformer de l’humus pour le rendre au sol et maintenir sa fertilité.

Touchez les dessins.

 

Une grande moitié de "matière brune"

Matière brune

Pour réussir son compost, il faut au moins une moitié (50-60%) de déchets végétaux comportant de la matière ligneuse (matière brune): petites branches, feuilles, écorce, copeaux de bois, paille... Idéalement, on réduira la taille des morceaux les plus grands. Il faut aussi brasser le compost régulièrement, pour bien l’aérer et éviter ainsi la fermentation. Un compost bien aéré ne produit pas de mauvaises odeurs.

 

Une petite moitié de "matière verte"

Matière verte

Épluchures, filtre à café, sachet de thé (sans l’étiquette), herbe coupée, coquille d’œuf: tout est bon pour le compost. Pour éviter les odeurs, éviter d’y mettre des restes de viande ou de poisson. Ne pas y introduire non plus la litière du chat, ni d’autres déjections animales. Quant aux peaux d’agrumes (orange, citron), elles sont le plus souvent enrobées de cire et de produit fongicide. Elles ne posent pas de problème dans une grande compostière communale, mais elles peuvent réduire l’efficacité du processus dans une petite installation. Certaines fleurs coupées achetées en magasin, telles les roses, sont souvent traitées avec des pesticides: à la poubelle plutôt qu’au compost.

Amendement et engrais

Amendement et engrais

En une année environ, les déchets de cuisine et de jardin, régulièrement brassés, se transforment naturellement en une matière précieuse pour améliorer la terre du potager et des plantes cultivées: le compost, qui remplace à la fois la tourbe et l’engrais.

Plusieurs manières de faire

Manières de faire un compost

Silo, tas au sol, caisse ajourée, compostière fermée: le choix dépend de la vitesse à laquelle on désire obtenir son compost. La compostière fermée permet un processus de dégradation plus rapide et facilite la gestion de l’humidité.

Idéalement, un compost doit rester toujours humide, comme une éponge essorée. C’est pour cela qu’il faut le protéger du soleil et des grosses pluies, soit à l’aide d’une bâche, soit en lui faisant un couvercle de paille ou de feuillage.

Une aubaine pour la petite faune

Compost et petite faune

Beaucoup d’invertébrés vivent dans le compost en formation, se chargeant de transformer les déchets végétaux en matériau de qualité. C’est une aubaine pour la petite faune qui se nourrit notamment de vers et de larves d’insecte. En hiver, un compost permet de nourrir les oiseaux partiellement insectivores qui fréquentent les jardins, tels le rouge-gorge, le merle et le tout petit troglodyte.