Aller au contenu

Mix électrique et mix énergétique

 

Le Mix électrique et le mix énergétique

Le "mix électrique" donne une information sur l'origine de l'électricité, et donc sur les impacts de sa production sur l'environnement et le climat. Par exemple, 1 kWh d'électricité issue d'une centrale thermique qui brûle du charbon a provoqué le dégagement de bien plus de polluants et de CO2 qu'un kWh issu d'une usine hydroélectrique au fil de l'eau.

Il faut savoir que, pour la stabilité d'un réseau, la consommation et la production d'électricité doivent en tout temps être équilibrées. Ainsi, les producteurs et fournisseurs d'électricité suisses et européens se vendent et s'achètent continuellement du courant, en fonction de leurs capacités de production, de la demande de leurs consommateurs, des prix de l'électricité sur le marché international, et de la disponibilité des énergies renouvelables. En conséquence, le "mix électrique" délivré par une même prise varie constamment, aussi bien au cours d'une même journée qu'au fil des mois.

Mix électrique de production d'électricité en Suisse

Ce diagramme représente le mix électrique de production en Suisse. Environ 58% de l'électricité est produite avec la force de l'eau (barrages au fil de l'eau, et turbinage avec l'eau tombant du haut de bassins d'accumulation). 37% provient de la chaleur nucléaire. Et les 5% restant se partagent entre les installations qui brûlent du combustible (installations thermiques) et les énergies renouvelables (en vert).
Parmi les installations thermiques certaines brûlent des combustibles renouvelables: bois, biogaz issu de la fermentation des déchets animaux et végétaux, biogaz issu de l'épuration des eaux usées.
La plupart des usines d'incinération des ordures ménagères produisent de l'électricité, et la moitié de leurs déchets sont d'origine renouvelable. 

Mix électrique de production


En moyenne annuelle, la Suisse produit plus ou moins autant d'électricité qu'elle en consomme (le pays a toutefois été importateur net en 2011, 2010, 2006 et 2005). C'est principalement à partir de la force hydraulique (58%) et de l'énergie nucléaire (37%) que le courant électrique est produit en Suisse. Du point de vue du CO2, cela signifie que le "mix électrique de production" est relativement propre, puisqu'il ne génère qu'environ 30 grammes de CO2 par kWh d'électricité.

Mix électrique de consommation

Du fait des fluctuations saisonnières du niveau des barrages et du débit variable des rivières, pendant l'automne et l'hiver notre pays doit souvent importer du courant d'Allemagne et de France (et dans une moindre mesure d'Italie et d'Autriche). Cette électricité provient surtout de centrales thermiques dans lesquelles sont brûlés des combustibles fossiles (charbon, gaz ou pétrole). Ainsi, si l'on fait la moyenne sur l'année, seuls 60% de l'électricité consommée en Suisse est issue de la production indigène. Du point de vue du CO2, cela signifie que le "mix électrique de consommation" s'élève à 80-120 grammes de CO2 par kWh consommé, soit entre 3 et 4 fois plus que celui de production. Ainsi, en moyenne, un kWh d'électricité consommé en Suisse émet dans l'atmosphère environ la même quantité de CO2 qu'une voiture économe qui parcourt un kilomètre.

Pompage-turbinage (ou pompage d'accumulation)

Comme le relief de la Suisse offre la capacité de stocker l'énergie dans les barrages, les fournisseurs d'électricité achètent souvent du courant bon marché pendant la nuit (lorsque la demande d'électricité est faible) pour pomper de l'eau et la remonter dans des barrages d'altitude. Pendant la journée, lorsque la demande d'électricité est forte, cette eau est précipitée en contrebas dans des grosses conduites, afin de faire tourner des turbines-génératrices dont le courant est vendu à un prix plus élevé. C'est ce qu'on appelle le "pompage-turbinage".

Un kWh consommé pour le pompage permet de produire en moyenne 0,8 kWh par turbinage (80% de rendement). En 2013, le pompage-turbinage a représenté environ 3% de la production nationale. Mais cette part devrait croître dans les années à venir, car cette technique permet notamment de stocker l'électricité produite par les sources d'énergie renouvelables alors que la demande d'électricité est faible: capteurs solaires photovoltaïques lors des journées estivales, ou éoliennes durant la nuit.

Le mix énergétique

En 2013, plus de la moitié de l'énergie consommée en Suisse était dérivée de produits pétroliers. Les carburants ont représenté 34% de la demande et les combustibles 19%. Le gaz a couvert 13% de la demande et l'électricité "seulement" 24% du total. En Suisse, on importe donc environ 80% de l'énergie que l'on consomme. Cette dépendance alourdit la balance commerciale du pays (CHF 11 milliards en 2013) et nuit à la compétitivité de l'économie.

 

Marquage et attestation d'origine de l'électricité, Office fédéral de l'énergie

www.marquage-electricite.ch • D’où provient mon électricité?